top of page

Vie intra-utérine, communication maman-bébé, et transmission de pensées

Marie-Claire Busnel et l’audition fœtale.

lien maman bébé foetus cordon ombilical amour vie intra utérine

Marie-Claire Busnel était éthologue, chercheuse, spécialiste de l’acoustique fœtale et de la relation mère-fœtus. Dans les années 80, alors que la majorité disait encore le fœtus sourd et insensible, elle fut la première à démontrer scientifiquement qu’il entend.

Dans le cadre de ses recherches sur l’audition fœtale, Marie-Claire Busnel mesure la réactivité de fœtus lorsque leurs mères leur parlent. D’abord elle demande aux mères d’adresser des phrases quelconques à leur enfant ; peu de réactions sont observées. Puis d’exprimer des mots remplis d’émotions ; on constate alors davantage de réactions.

Plus étonnant encore, Marie-Claire Busnel demande ensuite aux mères de parler à leur fœtus en silence, par la pensée uniquement. Surprise, encore davantage de réactions sont mesurées ! Les mères expriment d’ailleurs que c’est ainsi, par la voix intérieure, qu’elles ont le plus l’habitude de communiquer avec leur enfant.


Transmission de pensées ?

Quelle conclusion peut-on en tirer ? Qu’il existe une transmission de pensées entre une mère et son bébé ? L’exprimer ainsi serait un « suicide » scientifique selon Marie-Claire Busnel, on ne parle pas de transmission de pensées dans la communauté scientifique, « ça ne fait pas sérieux ». Qu’importe, elle l’a fait, rappelant que « ce n’est pas parce que c’est inconnu, que ça n’existe pas ». Qui sait si un jour, la recherche pourra démontrer que le fœtus, à un certain stade de sa vie intra-utérine, est déjà capable d'une forme de pensée ? Sans en être encore là, on peut dors et déjà facilement imaginer tout ce qu'il perçoit, non seulement du milieu sensoriel, mais également du milieu émotionnel, dans lequel il se développe.


Et la kinésiologie ?

La transmission de pensées : hérésie relevant de l’ésotérisme pour les uns, hypothèse formulée pour une mère et son bébé par Marie-Claire Busnel, pour beaucoup sans doute encore une curiosité. Le kinésiologue, quant à lui, ici sourit.

En kinésiologie, on ne parle pas non plus de transmission de pensées. Non qu’on craigne les foudres de la communauté scientifique, mais surtout parce que l’expression ne semble pas tout à fait juste. On ne cherche pas, dans le cadre d’une séance, à explorer les pensées, qui en général relèvent du conscient. Il s’agit plutôt, au contraire, de sonder l’inconscient. Il paraît donc plus juste de parler de circulation d’informations entre le praticien et la personne qui le consulte.

Bien-sûr, la relation mère-enfant est particulière et difficile à comparer à toute autre. Cependant, qu’on ait démontré la réactivité d’un individu lorsqu’un autre individu émet, en silence, un contenu émotionnel à son encontre me semble intéressant. Car c’est souvent cela, la formulation silencieuse des questions par le praticien, qui étonne les non-initiés, et continue même d’émerveiller les initiés.

mains connexion kinésiologie

En kinésiologie non plus, nous n’avons pas encore les mots exacts, ni les explications scientifiques, mais à chaque séance, nous constatons. Nous testons le champ d’informations créé par le binôme praticien/consultant, et nous obtenons des réponses, via le test musculaire. C’est ainsi que l’inconscient du consultant peut s’exprimer, donner des informations sur la source émotionnelle à l’origine d’un trouble et comment l’équilibrer.


Pour conclure …

Ces mots de Claude Bernard, pionnier de la médecine expérimentale, semblent appropriés :

« Quand le fait que l’on rencontre ne s’accorde pas avec une théorie régnante, il faut accepter le fait et abandonner la théorie. »

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page